[BILAN 2016] Les meilleurs albums de l’année

Comme pour les films, 2016 a été une année riche en albums. Pour le coup, alors que l’année a été décevante côté cinéma, elle a été plutôt excellente côté musique. Mes 20 albums de l’année rien que pour vous, ici, en exclusivité.

20. Face To Face Against American Primitivism In Eastern Europe Vol. 1 de Jakub Šimanský

a2844750575_16.jpg

19. Too Many Voices d’Andy Stottandy-stott-announces-new-album-tk-shares-lead-single-body-image-1459283894.jpg

18. Sword de Yair Yonaa2447355306_16.jpg

17. Painting With d’Animal Collectiveanco.jpg

16. 22, a Million de Bon Iver985e010a.jpg

15. Give a Glimpse of What Yer Not de Dinosaur Jr.a2258942998_10.jpg

14. Heimat de Heimata3455777871_16.jpg

13. A Moon Shaped Pool de Radioheadxlda790-radiohead.jpg

12. We Got It From Here… Thank You 4 Your Service d’A Tribe Called Quest09e256ce885fe6b3cf181239c3b3231c.1000x1000x1.jpg

11. Blood Bitch de Jenny Hvala3923298497_16.jpg

10. Fleeting de Glenn JonesGlenn_Jones-2016-Fleeting.jpg

9. Third World Pyramid de The Brian Jonestown Massacrebrian_jonestown_massacre_-_third_world_pyramid_auk036_1024x1024.jpg

8. Skeleton Tree de Nick Cave & The Bad Seeds208541ce.jpg

7. The Glowing Man de Swansa0861320350_10.jpg

6. Sleep Cycle de Deakina3838757669_16.jpg

5. Wildflower de The AvalanchesThe-Avalanches-Wildflower.jpeg

4. The Life of Pablo de Kanye West0353d2f8948ef30eaa9b296a15cf5907.1000x1000x1.jpg

3. Teens of Denial de Car Seat Headresta2165492760_10.jpg

2. Blonde de Frank Ocean5f06f7f6.jpg

1.  de David BowieBlackstar-Art.jpg

Le top en résumé :

  1. Blonde
  2. Teens of Denial
  3. The Life of Pablo
  4. Wildflower
  5. Sleep Cycle
  6. The Glowing Man
  7. Skeleton Tree
  8. Third World Pyramid
  9. Fleeting
  10. Blood Bitch
  11. We Got It From Here… Thank You 4 Your Service
  12. A Moon Shaped Pool
  13. Heimat
  14. Give a Glimpse of What Yer Not
  15. 22, a Million
  16. Painting With
  17. Sword
  18. Too Many Voices
  19. Face To Face Against American Primitivism In Eastern Europe Vol. 1
Publicités

[BILAN 2016] Les meilleurs films de l’année

Nous sommes fin décembre, c’est les fêtes, tous les cinéphiles dégainent leur habituel top de fin d’année, et vu que je suis original, je vais faire de même. Effectivement, j’ai vu le dernier film que je voulais voir pour mon top récemment et je peux donc officiellement nommer mes 20 films préférés de l’année. C’est parti.

20. Pete’s Dragon de David Lowerypetesdragon-flyingatsunset.jpeg

Je dois quand même signaler ma réaction dubitative lors de l’annonce du projet « hein, un remake de Pete’s Dragon, mais non ?! ». Ce n’est qu’à la vision des premières images du film et après les premiers retours américains que je me suis laissé convaincre. Oui, Pete’s Dragon de David Lowery est un beau film. Un vrai beau film, dans la lignée des autres beaux films d’amitié entre un enfant et un être non-humain et que son réalisateur insuffle de poésie. Grande surprise.

19. Busanhaeng de Yeon Sang-ho

train2.jpg

Chouchou estival d’une partie des cinéphiles déçus par les blockbusters de la période, Busanhaeng est un excellent film. Un excellent film de zombies, mais également un excellent film tout court. Le réalisateur réussit à mêler développement de ses personnages et tension horrifique attendue par les fans du genre. J’insiste sur les personnages : c’est une belle galerie de portraits que nous peint le film, bien qu’un peu maladroite. Indispensable pour les fans de zombies.

18. Sausage Party de Conrad Vernon et Greg Tiernansausage-party-dom-spfp-101_rgb.jpg

Des saucisses qui parlent à des pains à hot-dog pour les draguer ? Hein ? Le pire, c’est que ça marche. Le film développe un univers à la Toy Story mais ici complètement pervers pour servir un propos sur la religion et sur le sexe. Une folie comme on en fait peu. Rien que pour la « polémique » autour du film en France, ça valait le coup. Merci les gars.

17. Frantz de François Ozonfrantz-francois-ozon.jpg

En voyant la bande-annonce du film, avec son allemand parlé et son noir et blanc, on pourrait croire à un film très austère. Mais Frantz est en fait un mélodrame poignant qui s’assume pleinement. Sur fond de 1ère Guerre Mondiale, regrets et deuil emplissent ce beau film français. Pierre Niney et Paul Beer y sont fabuleux.

16. The Witch de Robert Eggersthe-witch-anya-taylor-joy.jpg

Rarement vu autant d’assurance pour un premier film. En plus, Eggers a la finesse de ne pas tomber dans les travers du genre horrifique qui ne m’est pas particulièrement cher. Ici, Nouvelle-Angleterre et religion sont au rendez-vous pour un cocktail particulièrement terrifiant. Une leçon de mise en scène.

15. Creed de Ryan Cooglercreed-michael-b-jordan-sylvester-stallone-3.jpg

Beau passage de flambeau qu’opère là Ryan Coogler. Le mythe Rocky vit à travers le personnage d’Adonis superbement incarné par Michael B. Jordan, grâce à la mise en scène moderne et intelligente du réalisateur. Belle surprise.

14. The BFG de Steven SpielbergTHUMBNAIL-BFG-Trailer-2.jpg

Un Spielberg mineur vaut toujours mieux que la plupart des films vus cette année. Si l’on passe outre le scénario peu passionnant et l’humour infantile, The BFG se révèle être un film tout à fait correct. Déjà, il faut saluer l’utilisation judicieuse et tout bonnement impressionnante de la technologie de performance capture. Le tout, associé à une réalisation toujours dynamique et intéressante, nous procure de belles émotions.

13. Snowden d’Oliver Stonesnowden-joseph-gordon-levitt-7eeb0d-0@1x.jpg

Espérer voir un film aussi fougueux et maîtrisé que JFK en allant voir Snowden, c’est dommage. Parce que le Stone d’il y a 25 ans n’est pas celui d’aujourd’hui. Bizaremment, on aurait pu croire qu’il ait pris du recul pendant ces années, mais Snowden paraît plus brut et moins maîtrisé que JFK. Le film est complètement galvanisant, et Stone sait où il veut en venir, mais ce qui aurait pu être un excellent film restera simplement un bon film, à cause de quelques malheureuses fautes de goût.

12. Carol de Todd Haynescarol-movie-poster-cate-blanchett-rooney-mara-5.jpg

Un peu déçu du fait des critiques assez unanimes sur le film, mais j’ai quand même beaucoup aimé. Haynes peint une magnifique histoire d’amour dans le New York des années 50. Tout en calme et en finesse, la mise en scène fait mouche. Beau film.

11. Voyage à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier599314.jpg

Je ne connais pas vraiment le cinéma français, ni celui de Tavernier, mais le documentaire m’a largement donné envie de découvrir les 2. La passion avec laquelle il parle ne peut qu’attirer mon attention. J’ai eu de la chance d’assister à une séance de questions-réponses en sa présence, ce qui m’a permis d’approfondir le propos du documentaire. Décidément, j’ai des choses à découvrir.

10. Allied de Robert Zemeckisallied_-_brad_pitt_-_marion_cotillard_-_still_-_h_-_2016_0.jpg

Encore une fois, Zemeckis s’attaque à un genre cinématographique différent. Et c’est, encore une fois, un succès. Affichant son souhait de rendre hommage aux films de l’âge d’or des studios hollywoodiens, il exploite très bien son couple glamour dans une intrigue qui mêle espionnage et guerre mondiale pour parler de confiance et d’amour. Très fort.

9. Moana de John Musker et Ron ClementsTHUMBNAIL-Moana.jpg

Ce nouvel opus des studios Disney ne réinvente pas le genre en question mais adapte de la plus belle des manière la typique épopée campbellienne au décor tropical. Musker et Clements, duo star de la maison, font preuve de virtuosité et réjouissent avec ce beau film d’émancipation. Pas une surprise, mais une confirmation.

8. Divines de Houda Benyamina

513409.jpg

Divines est un récit d’émancipation (tiens, comme le précédent film de la liste). Une émancipation qui finit mal, certes, mais qui commence sur les chapeaux de roues. Benyamina impressionne pour son premier film. Elle utilise vraiment bien la plupart des outils cinématographiques qui lui sont offerts pour conter l’histoire de Dounia. Cela peut paraître maladroit par moments, mais au moins, c’est spontané. Puis arrive la conclusion. La conclusion qu’on attend pas vraiment, et qui, finalement, fait sens. Et on ressort lessivés de la salle.

7. Steve Jobs de Danny Boylemacgpic-1454428642-230960887623463-sc1-jpt.jpg

Impressionnant film que ce Steve Jobs. On aurait pu assister à un biopic vieillot sur un personnage fraîchement mythifié, mais non. Sorkin réussit à sortir le film de ce carcan de film convenu et à nous imposer une vraie vision, un film en 3 actes : un triptyque. Une trilogie, en quelque sorte, qui se déroule dans les coulisses de 3 lancements de produits et qui nous dévoile toute la force créative qui animait Steve Jobs, et qui anime – par extension – les faiseurs de cinéma.

6. Hunt for the Wilderpeople de Taika Waititihunt-for-the-wilderpeople.jpg

Si je vous dis film néo-zélandais, présenté à Sundance et où joue Sam Neill, vous me répondez ? Bah Hunt for the Wilderpeople. Le futur réalisateur de Thor Ragnarok fait ici ces preuves de la plus belle des manières. Voilà enfin le film spielbergien qu’on attendait cette année (et qui n’est donc pas Midnight Special). Intelligence du scénario qui évoque l’évasion, les difficultés de la relation père-fils ou encore l’amitié et hyper dynamisme d’une mise en scène audacieuse, Taika Waititi impressionne. Rarement un film aussi bon aura aussi peu fait parler de lui. A quand une sortie en France ?

5. The Nice Guys de Shane Blackryan-gosling-russell-crowe-the-nice-guys-movie-image-2.jpg

Déjà, il faut louer les talents comiques jusqu’alors insoupçonnés de Ryan Gosling : il devrait jouer des personnages comiques exclusivement. Ensuite, il faut rendre à César ce qui est à César : Shane Black est un auteur de génie, qui a réussi à surpasser son génial Kiss Kiss Bang Bang avec The Nice Guys. Il est maître dans l’art de nous faire éprouver des sentiments pour des personnages un peu bêtes et assez mauvais, au fond. Il excelle également dans l’humour (j’ai passé la plupart du film à rigoler), sans que cela n’entache la gravité dramatique du film ou son propos. The Nice Guys est un petit bijou de Cinéma comme on en voit rarement. Merci M. Black.

4. Rogue One : A Star Wars Story de Gareth Edwardsrogue-one-jyn-ersa-geared-up.jpg

Première excursion dans l’univers des spin-offs Star Wars réussie pour Disney. Le pari de livrer un vrai film de guerre dans cet univers si aimé était d’emblée intéressant mais également risqué. Finalement, Edwards s’en sort admirablement bien. Même si certains personnages sont un peu ratés, les hauts du film rehaussent le tout. On notera bien sûr le dernier acte du film, pouvant se revendiquer des meilleurs scènes d’action de la saga.

3. Mademoiselle de Park Chan-wookTHE-HANDMAIDEN-STILL-3-0-2000-0-1125-crop.jpg

Je ne suis pas fan de PCW, mais je m’avoue battu. Formidable jeu de tromperies, avec différents points de vue et récit non-linéaire, Mademoiselle bénéficie de la mise en scène sublime de son réalisateur. Formidablement érotique et cruel, le film surprend et laisse K.O. le spectateur. Excellent.

2. Arrival de Denis Villeneuve

1478904631170412.jpg

La première rencontre entre les humains et une espèce alien, maraude complètement usée au cinéma ? Pas vraiment. Villeneuve se place sous l’angle de la linguistique et entreprend un formidable récit de ce que pourraient être nos premiers contacts avec une vie extraterrestre. Le point fort se trouve dans le renversement individuel de l’intrigue, liant l’Histoire à l’histoire. Magnifique.

1. The Hateful Eight de Quentin TarantinoHateful-Eight-Bichir-02.jpg

Les haters vont hater, comme on dit. Tarantino pousse ici ses tiques d’écriture et de réalisation jusqu’à l’usure et parvient quand même à nous garder en haleine pendant les 2h45 du film. Un chef-d’œuvre instantanément culte.

Le top en résumé :

  1. The Hateful Eight
  2. Arrival
  3. Mademoiselle
  4. Rogue One : A Star Wars Story
  5. The Nice Guys
  6. Hunt for the Wilderpeople
  7. Steve Jobs
  8. Divines
  9. Moana
  10. Allied
  11. Voyage à travers le cinéma français
  12. Carol
  13. Snowden
  14. The BFG
  15. Creed
  16. The Witch
  17. Frantz
  18. Sausage Party
  19. Busanhaeng
  20. Pete’s Dragon