Se7en: let he who is without sin try to survive

Synopsis: Somerset entreprend une dernière enquête avant sa retraite : arrêter un serial killer qui tue selon les sept péchés capitaux. Il est épaulé par Mills.

David Fincher est sûrement mon réalisateur préféré. En effet, 3 de ces films sont dans mon Top 20 Films (Se7en en fait maintenant partie), et même ceux qui ne sont pas dans ce Top sont, à mon avis, de très bons films. Un de ces films majeurs manquait quand même à ma culture: Se7en. J’en avais beaucoup entendu parler, notamment comme étant un film à twist, ou encore un très bon thriller. Et je me suis enfin décidé à le voir.

Et je n’ai pas été déçu. Absolument pas.

Comme indiqué ci-haut, Se7en est un thriller pur: deux flics courent après un tueur en série. On pourrait croire à un film bateau, en entendant le pitch. Sauf que plusieurs éléments l’empêchent d’être un film basique.

Pour commencer: la réalisation de David Fincher. La caméra est fluide, la photographie est magnifique, et par-dessus tout, quelques travellings très bien intégrés nous sont offerts: que demander de plus ? Il arrive également à très bien à nous impliquer dans les scènes d’actions, magnifiquement filmées.

En second vient évidemment le jeu d’acteur. Brad Pitt est excellent dans son rôle de flic « débutant », notamment dans une scène vers la fin, dont je ne révélerai pas le contenu pour ne pas vous spoiler. Ensuite, vient Morgan Freeman, tout à fait correct (même plus que correct) dans le rôle de Somerset. Gwyneth Paltrow délivre également une prestation correcte pour ses quelques apparitions. Je ne parlerai pas d’un certain rôle, qui serait en quelque sorte un spoiler, mais je peux juste dire que ce rôle est interprété d’une manière excellente. Un cast parfait, donc.

Et enfin, ce qui marque le plus dans ce film: le scénario. Les différents meurtres sont très bien amenés, le rythme est effréné, il n’y aucun temps mort. Et viennent enfin les 30 dernières minutes du film, qui m’ont fait réaliser que ce film était un grand film. Un dénouement des plus fous, et étonnament très logique et plausible, avec un twist final grandiose, qui m’a offert quelques bouffées de chaleur et m’a fait bondir sur mon canapé, à plusieurs reprises.

Se7en est donc un film complétement réussi, et à voir absolument, surtout si l’on aime les thrillers. Long lives Fincher !

Publicités

Guardians of the Galaxy: hooked on a (very) good feeling

Synopsis: Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être…

Contrairement à ce que plusieurs détracteurs ont avancé, Marvel Studios a pris un risque (relativement grand, certes) en proposant ce Guardians of the Galaxy. En effet, livrer un film composé d’une dizaine de personnages encore jamais vus dans les précédents films est audacieux, encore plus quand l’on sait que parmi ces personnages, se trouvent un arbre géant ainsi qu’un raton-laveur doué de parole. GotG est, qui plus est, également la première incursion du Marvel Cinematic Universe dans l’univers cosmique des comics Marvel.

Ayant lu plusieurs comics GotG, leur adaptation sur grand écran me donnait tout particulièrement envie, et, lors du visionnage, m’a fait vraiment plaisir. Peter Quill (aka Star-Lord) est le leader qu’il est sur papier, Rocket Racoon et Groot ont gardé leur grande complicité, Gamora est vraiment badass, et Drax (interprété par Dave Bautista, ancien catcheur) est la belle surprise du film. Le visuel du méchant du film, Ronan the Accuser (Lee Pace) est réussi, malgré une caractérisation assez pauvre du personnage. Le « vrai » méchant du film est cependant Thanos, très impressionant dans sa (courte) scène. Mention spéciale aux apparitions très courtes du Collector (Benicio del Toro) et de Nova Prime (Glenn Close).

52 - 08BaXfP

GotG est un film très généreux: on ne s’ennuie pas une seule seconde. L’alternance entre les scènes d’action et les scènes plus « calmes » est très bien gérée. Les personnages sont très nombreux, nous ne sommes pas en reste, entre l’équipe des Guardians, Yondu, Nova Prime, the Collector, Ronan, Thanos et d’autres. L’alchimie entre les Guardians est celle qui impressionne le plus. En effet, c’est la première fois que ses personnages apparaissent au cinéma. Mais on y croit, les personnages paraissent vrais, on rit (beaucoup) et on s’attache à cette bande de bras cassés.

Sans être le film le mieux réalisé de tous les temps, GotG nous offre quelques très beaux plans ainsi que quelques très belles scènes/séquences (notamment la bataille finale). Ce qui ressort le plus, c’est la multitude de couleurs présentes: nous en prenons plein les yeux. Mention spéciale aux effets spéciaux, également très bien réalisés, notamment pour la modélisation du duo Rocket Racoon/Groot.

En parlant de ce film, comment ne pas parler de la bande originale ? Elle est composée de plusieurs morceaux à succès des années 70, minutieusement sélectionnés par James Gunn (le réalisateur). On retrouve, entre autres, « Hooked On A Feeling » de Blue Swede, « Moonage Daydream » de David Bowie, « I Want You Back » des Jackson 5 ou encore « Cherry Bomb » de The Runaways. Bref; une (très) belle brochette de tubes assez bien intégrés au film, et qui contribuent à sa « coolitude ».

30 - I8XLdAA

Vous l’aurez compris: j’ai adoré Guardians of the Galaxy, de bout en bout. Je me suis amusé à chaque scène, j’ai adoré la prestation des acteurs, je me suis régalé visuellement. La suite est prévue pour 2017; je n’ai qu’une chose à dire: vite, tant l’univers cosmique renferme de belles choses.