Community: #FiveSeasonsAndNoMovie

Voilà, la nouvelle est tombée, il y a environ 3 semaines: il n’y aura pas de saison 6 pour Community. Et j’en suis triste. Je ne peux pas dire que je n’avais pas vu venir cette annulation, étant donné les problèmes que NBC (la chaîne qui diffuse la série) avait eu avec Dan Harmon, qu’ils avaient d’ailleurs remplacé en saison 4 par deux (médiocres) showrunners, mais rembauché quelques temps plus tard, pour la saison 5. Community avait également des audiences très basses et irrégulières, ce qui n’a pas arrangé la chose. Même si je suis furieux de cette annulation, on ne peut pas dire que NBC n’a pas laissé sa chance à Community, et pour ça je leur en suis reconnaissant.

Les personnages de Community sont ceux auxquels je me suis le plus attaché, avec peut-être les personnages de Doctor Who et ceux de Shameless (c’est pour dire). Mon personnage préféré de cette sitcom est sans contestation possible Abed. Abed, au début de la série est timide, no-life et sans ami. Au cours de la série, il évolue, de manière très belle mais passe aussi par des épisodes très difficiles, pour arriver à ce qu’il est aujourd’hui, à la fin de la saison 5. Pourtant, ce n’était pas gagné. Son meilleur ami, Troy, est parti en cours de saison 5, détruisant totalement son moral. Son état d’esprit est résumé par une phrase qu’il dit à Troy, lors de l’épisode « Geothermal Escapism »:

« I don’t think the lava’s here because you’re leaving, I think it’s here because I won’t let go.”

Mais c’est au dernier épisode de la série que l’on se rend compte à quel point il a changé, et aussi de combien il est prêt à grandir.

 

AUC_The_study_group_watches_a_Christmas_cartoon_together

 

Même si j’ai bien aimé toutes les saisons (à part la 4ème), la saison 2 restera ma préférée. Et mon épisode favori est sûrement le S02E11, « Abed’s Uncontrollable Christmas ». C’est un épisode de Noël, en stop-motion, où les personnages sont représentés par des marionnettes. C’est en fait Abed qui imagine ses amis comme ça, du fait que sa mère ne viendra pas le visiter à Noël et regarder le film d’animation « Rudolph The Red Nosed Reindeer » avec lui, comme ils le font chaque année. Cet épisode magnifique nous fait rendre compte de la détresse dans laquelle est Abed et comment ses amis vont pouvoir l’aider. Finalement, ils se décident à tous regarder le film avec lui (photo ci-dessus), pour montrer leur amitié et leur support. Et ça, c’est beau.

L’une des plus grandes forces de Community est très certainement les références et hommages à la culture pop, présentes par milliers. Des références à Firefly, The Office, Batman, Nicolas Cage ou encore Who’s The Boss? (et bien d’autres). Contrairement à The Big Bang Theory, ce sont des références bien placées, utiles, qui servent pertinement à l’intrigue ou à l’aspect comique de la sitcom.

Enfin, pour revenir sur la 5ème et dernière saison de Community, je peux vous dire que j’ai bien aimé certains épisodes, mais pas tous. Mes préférés sont sûrement « Basic Intergluteal Numismatics », « Geothermal Escapism » et « Basic Story ». Petite mention spéciale pour le caméo de Vince Gilligan dans « VCR Maintenance and Educational Publishing » et pour celui de Nathan Fillion dans « Analysis of Cork-Based Networking ». Bref, une saison 5 sûrement moins bonne que les autres (excepté la 4), mais qui a des bons moments. Je veux remercier Dan Harmon d’être revenu, pour sauver la série.

Avec The Office et 30 Rock terminées en 2013, Community annulée et Parks and Recreation qui s’arrête l’année prochaine, NBC va avoir du mal à retrouver une série comique avec une âme, pas comme la pâle About a Boy. Community est donc ma sitcom préférée, et j’ai du mal à réaliser qu’aucun nouvel épisode ne sera diffusé (à part si la série est reprise). Comme Abed avec Troy, je dois réussir à laisser partir Community.

« We’ll definitely be back next year. If not, it’ll be because an asteroid has destroyed all human civilization. And that’s canon. » – Abed, a bit too hopeful.

 

Publicités

X-Men: Days of Future Past, l’apogée de toute une saga

Synopsis: En 2023, dans un futur où les espèces humaine et mutante ont été décimées par d’impitoyables robots Sentinelles, les ultimes survivants n’ont plus grand chose à espérer de l’avenir. Dans un ultime effort pour changer le cours tragique des événements, le Professeur Charles Xavier et Magnéto envoient Wolverine dans le passé en 1973, à la rencontre des jeunes mutants écorchés qu’ils ont été. Car le meilleur moyen d’arrêter la guerre reste encore de ne pas la laisser éclater.

Autant vous le dire d’emblée: j’ai adoré DoFP (c’est comme ça que je l’appelerai dans cette critique), et c’est pour moi le meilleur film de l’univers X-Men à ce jour.  L’histoire que nous présente ce nouveau volet de la saga X-Men est la plus intéressante de l’univers jamais adaptée en film, et le film précédent, X-Men: First Class, lui donne encore plus de sens, en présentant les mutants « jeunes » et en introduisant des relations importantes entre les personnages.

Les enjeux dans DoFP sont énormes, autant pour sauver les Mutants que pour tenter de préserver l’humanité. Le film s’ouvre sur un futur (en 2023 plus précisement) apocalyptique où le Professeur X, Magneto, Wolverine, Tornade, Blink, Colossus, Bishop, Shadowcat, Iceberg, Solar et Warpath tentent de survivre tant bien que mal. Les mutants sont parqués dans un camp de concentration au beau milieu de New York. La première scène, scène d’anthologie, où les X-Men survivants se battent face aux Sentinelles, est une des séquences les plus réussies et impressionantes du film à mon avis. Ne pouvant se résigner à voir cette réalité atroce, les mutants se décident à envoyer l’un des leurs, Wolverine donc (j’ai écris sur ce choix ci-bas), dans le passé (1973 plus exactement), pour empêcher Mystique de tuer Bolivar Trask et par conséquent, de déclencher la guerre qui va causer ce futur apocalyptique.

81315

Le retour de Bryan Singer à la réalisation m’avait réjoui rien qu’à son annonce, je ne peux qu’être totalement satisfait par le résultat. Ce qui me plaît dans les films X-Men où Bryan Singer est impliqué (X-Men, X-Men 2, X-Men: First Class (dans une moindre mesure, même si Singer est présent à l’écriture) et donc X-Men: DoFP), c’est à quel point l’univers est pris au sérieux. Contrairement, par exemple, aux films The Amazing Spider-Man, la condition des mutants est prise au sérieuse, rendue vraisemblable, en l’intégrant pleinement aux évenements historiques. Ce n’est pas un secret que les comic-book movies qui prennent le sujet d’origine au sérieux, sont les meilleurs. Les thèmes qu’aborde DoFP sont nombreux, avec notamment de multiples paraboles au racisme et à l’intolérance: on se souviendra tous de la scène où Fauve et Mystique sont photographiés comme les plus vulgaires des animaux par les journalistes. J’ai également beaucoup aimé l’intégration de l’Histoire américaine aux évenements du film.

81313

Enfin, pour revenir sur le rythme et la mise en scène, qui sont quand même une partie importante de DoFP, je suis resté bouche bée devant certains moments de cinéma, de vrai cinéma. Des moments épiques, comme la séquence avec Quicksilver ou la scène d’ouverture, mais pas que. Certains moments, notamment la rencontre Charles jeune – Charles vieux que j’ai particulièrement trouvé émouvante. On ne s’ennuie jamais devant cet opus de la saga X-Men, grâce à un scénario parfaitement maîtrisé, qui ne nous perd jamais entre les arcs du passé (la souffrance de Charles, la radicalisation de Magneto et Mystique qui est prête à faire basculer le cours de l’Histoire) et le futur.

Un des seuls défauts que je trouve aux films X-Men, c’est la trop grosse importance que prend Wolverine par rapport aux autres mutants alors que les X-Men, c’est avant tout une équipe. Par exemple, dans les comics dont est adapté DoFP, c’est Kitty Pride qui est renvoyée dans le passé, et non Wolverine (comme dans le film). Enfin, pour revenir sur mon fanboyisme pur, certains caméos, comme ceux de Malicia, Jean Grey et Scott Summers m’ont fait bondir de mon siège. Je ne vous spoilerai pas la scène post-générique, mais je peux vous dire qu’en connaissant sa signification, on ne peut qu’être excité à l’idée de voir le prochain épisode de la saga, X-Men: Apocalypse.

76556

J’ai donc beaucoup aimé X-Men: DoFP, et c’est pour moi la meilleure adaptation des X-Men en film. Je ne me risquerai pas à affirmer que c’est mon film préféré de super-héros (ayant une petite préférence pour Batman The Dark Knight et même Kick-Ass), même s’il n’est vraiment pas très loin. Bryan Singer livre donc ici un chef-d’oeuvre (oui oui), en abordant des thèmes importants tout en gardant ce que fait un bon film: le scénario, la mise en scène et le rythme, et en allant bien au-delà d’un simple blockbuster. Si tout se passe bien, DoFP sera un carton au box-office cette année, et encouragera les studios à réaliser d’autres films de cette qualité et de cette envergure, on ne peut que s’en réjouir. Vivement l’Apocalyspe tant attendue.

Halt and Catch Fire: the battle for CTRL begins [pilot]

AMC, qui avait initialement prévu de diffuser le pilot d’Halt and Catch Fire le dimanche 1er juin, l’a finalement mis en ligne sur Tumblr le 19 mai. J’attendais le début de cette série depuis longtemps, et avec impatience: les trailers, photos, annonces de cast, etc m’avaient mis l’eau à la bouche. C’est donc avec appréhension (que la série soit mauvaise) que je me suis rué sur ce pilote. Et je n’ai pas été déçu.

0B6GRUwiZH4.market_maxres

Halt and Catch Fire est une série qui a pour propos la « guerre » pour le contrôle du marché de l’informatique que se sont livrées plusieurs personnes et sociétés pendant les années 1980. Trois personnages importants nous sont présentés dans ce pilot: Joe MacMillan, le beau gosse (on croirait une réincarnation de Don Draper de Mad Men);  et les ingénieurs Gordon Clarke, un peu coincé mais employé et Cameron Howe, sans emploi pour le moment. Ces trois personnes ont un point en commun: ils veulent tous révolutionner le monde de l’informatique tel qu’ils le connaissent. En effet, au début des années 1980, IBM était le seul acteur sur le marché.

Même si le côté émotionnel est quelque peu négligé, sans être complètement absent, on se prend très vite d’intérêt pour les problèmes que facent Joe, Gordon et Cameron Howe. Nous ne savons pas exactement les challenges que vont devoir surmonter nos trois héros pour arriver à leur but, mais nous savons déjà une chose: IBM n’est pas prêt à les laisser faire.

tumblr_n5myn09wyF1tbiehgo1_1280

Pour revenir sur personnage de Joe, et la comparaison que j’ai faite avec Don Draper de Mad Men, ces deux protagonistes (voire anti-héros) sont très proches de plusieurs manières. Ils ont tous les deux un passé mystérieux, comme on l’apprend pour Joe dans le pilot d’Halt and Catch Fire. De plus, il manipule et fini par convaincre Gordon (malgré les réticences de sa femme) et Cameron de s’embarquer dans cette aventure dangereuse avec lui, un peu à la manière de Don Draper.

Enfin, le pilot d’Halt and Catch Fire est très rythmé. Une grande importance est accordée à la mise en scène (notamment pendant la scène dans le garage) ainsi qu’à la musique, partie essentielle de ce premier épisode. La série arrive même à nous intéresser à la microélectronique, ce qui n’était pas gagné d’avance.

Les enjeux dans ce pilot sont donc assez flous mais promettent de grandes choses sur le long terme, pourvu que les scénaristes ne se ratent pas totalement. Dommage que le reste de la saison ne soit pas disponible, j’aurai bien aimé continuer tant j’ai été enthousiasmé par cette entrée en matière. Je ne doute pas qu’Halt Catch and Fire se trouvera dans le Top 10 de mes nouveautés préférées de l’année.

Bonus: voici l’un des trailers d’Halt and Catch Fire: 

 

 

Upfronts 2014: mon résumé

Aujourd’hui, je vais vous parler de séries, et plus particulièrement de ce que l’on appelle les upfronts, plus précisement ceux de 2014. Pour ne pas me perdre dans des explications du terme upfront, je vous recommande cet article qui explique bien tout ce que vous avez besoin de savoir: http://www.programme-tv.net/news/series-tv/52428-charabia-series-au-fait-cest-quoi-les-upfronts/

Je vais parler uniquement ici des projets de séries qui me tentent. Le tout sera classé selon les chaînes (ABC, NBC, FOX, CW, CBS). J’écrirai peut-être un article pour parler des nouveautés du câble (HBO, AMC, Showtime, etc).

 

abc

ABC est sûrement la chaîne qui me donne le plus envie pour la rentrée 2014, alors qu’actuellement je ne regarde presque aucune série de la chaîne. J’ai cependant une petite préférence pour ses comédies. Pour voir tous les trailers d’ABC: http://www.allocine.fr/playlists/series/playlist-139/

Galavant: Comédie musicale médiévale, imaginée par le créateur de The Neighbors. Les chansons ont l’air d’être plutôt bien écrites et les décors ne font pas kitsch du tout. Ca me semble bien débile, j’ai hâte. Envie de voir: 75%

Fresh Off The Boat: Déjà critiquée pour son titre « limite », cette série suit les péripéties d’une famille asiatique qui vient de s’installer aux Etats-Unis. ABC semble bien décider de plaire aux plus de minorités éthniques possible cette saison, avec cette série, Cristela, Black-ish ou encore How To Get Away With Murder, et ça fait plaisir. En n’espérant que ça ne tombe pas dans le cliché. Envie de voir: 80% 

Selfie: L’idée que Karen Gillian (Doctor Who) revienne à la télé m’avait beaucoup plu, à la télé américaine, qui plus est. Cependant, le trailer de cette série où l’héroïne veut à tout prix créer le buzz ne m’a pas tellement fait rire. Je donnerai quand même un essai à cette comédie. Envie de voir: 60%

Black-ish: Comme je l’indiquais plus haut, ABC tente de plaire aux minorités ethniques et ça se voit: cette comédie suit les péripéties diverses d’une famille noire. Ce n’est pas une sitcom, donc on peut s’attendre à quelque chose de nouveau. Avec Laurence Fishburne (Hannibal, NCIS) notamment. Envie de voir: 70%

How To Get Away With Murder: Nouvelle création de Shonda Rhimes (Grey’s Anatomy, Scandal) avec Viola Davis au rôle principal. Cette série, comme son titre l’indique (vaguement), se concentrera sur une classe de criminologie. Le premier trailer donne très envie, vivement le début. Envie de voir: 85%

American Crime: Un drama très sombre, qui veut ressembler à une série du câble. Elle aborde le thème du crime racial et du procès qui s’en suit. Ecrite par John Ridley (scénariste de 12 Years a Slave), cette série promet de bonnes choses. Envie de voir: 80%

LOGOAgent Carter: Série tirée de l’univers Marvel, plus précisement du court-métrage éponyme. La première saison sera diffusée à la mi-saison (pendant la pause hivernale d’Agents of S.H.I.E.L.D.) et comportera 8 épisodes. On suivra l’Agent Carter, en 1946 (pendant les débuts du S.H.I.E.L.D.) lors de ses missions secrètes pour Howard Stark. Pas encore de trailer, mais j’ai déjà bien envie. Envie de voir: 85%

 

 

cbs_0

CBS est la chaîne qui m’attire le moins, et de loin. Notons quand même que CBS a renouvelé la plupart de ses séries, elle a donc peu de nouveautés à présenter. Pour voir tous les trailers de CBS: http://www.allocine.fr/playlists/series/playlist-140/

Scorpion: Série qui se veut « geek », on verra évoluer une bande de génies prếts à lutter contre toutes sortes de menaces. La bande-annonce donne envie, on voit que CBS a donné les moyens. Je laisserai une chance à cette série. Envie de voir: 65%

170099Battle Creek: Voilà LA série qui me donne le plus envie, toutes chaînes confondues. Nouvelle création de Vince Gilligan (Breaking Bad)Battle Creek est une série policière tout ce qu’il y a de plus banal au premier abord. Cependant, je fais confiance à Gilligan pour la rendre exceptionnelle. Avec Dean Winters et Josh Duhamel. La série arrivera à la mi-saison (en 2015), il n’y a donc pour l’instant pas de trailer. Envie de voir: 95%

 

fox_logo

La FOX a présenté pas mal de projets ambitieux cette année, en espérant qu’ils ne fassent pas l’erreur de les annuler au bout de 10 épisodes (je pense à Surviving Jack, Enlisted). Une chose intéressante: la chaîne a l’air de s’orienter vers de séries avec des saisons « réduites », de 13 ou 16 épisodes, sûrement pour se rapprocher des chaînes du câble. Tous les trailers de la FOX: http://www.allocine.fr/playlists/series/playlist-137/ 

Mulaney: Série inspiré de sa propre vie, le comédien John Mulaney (Saturday Night Live) débarque sur la FOX pour sa première fiction. Cette sitcom promet de bonnes choses, surtout si Mulaney reste au sommet de son art. A noter cependant que la trailer n’était pas très bon. Envie de voir: 80%

Gracepoint: Remake plan par plan de Broadchurch, que dire de plus ? David Tennant retourne donc pour son rôle et sera accompagné d’Anna Gunn (Breaking Bad) dans son enquête. Si l’adaptation est bonne, je me laisserai tenter. Envie de voir: 70%

Wayward Pines: Cette série, créée par M. Night Shyamalan, a de gros airs de Twin Peaks: un agent des services secrets américains débarque dans une ville, Wayward Pines, pour retrouver des agents disparus. En espérant que ça ne soit pas un gros flop. Envie de voir: 75%

The Last Man on Earth: Série qui prend place dans les Etat-Unis vide d’habitants. Avec Will Forte pour le rôle principal. Bien qu’étant un drama, cette série a des airs de comédie. Si l’idée de départ est bien exploitée, on peut s’attendre à un bijou sérielle. Vivement le début. Envie de voir: 85%

Gotham: Cette série sera diffusée la saison prochaine, cotoyant donc les autres séries tirée de l’univers DC Comics: Arrow, The Flash et Constantine. Comme vous l’aurez deviné, Gotham se concentra sur l’univers de Batman, et plus précisement la ville de Gotham. On verra Bruce Wayne enfant, les débuts de l’inspecteur Gordon, les origines de Poison Ivy ou de Catwoman et d’autres éléments tirés de cet univers très dense. Le trailer est très énergique, ça promet. Envie de voir: 85%

Hieroglyph: La FOX tente de taper dans les séries d’époque… pourquoi pas. Espérons que les costumes soient à la hauteur et que l’utilisation de fonds verts ne soit pas systématiques. Le trailer est agréable, laissons-nous tenter. Envie de voir: 70%

Empire: Une nouvelle série musicale pour la FOX (après Glee), sur le hip-hop plus précisement. Je ne dis pas non, mais il faut que le scénario reste intéressant et ne tombe pas dans le déjà-vu. Le trailer cependant fait très bling-bling. Envie de voir: 60%

 

 

MD_GeissbuhlerS_NBC_640Même si NBC a des nouveautés intéressantes, qui mettent à l’honneur les femmes (Mysteries of Laura, Bad Judge, State of Affairs), je ne pourrais jamais lui pardonner l’annulation de ma sitcom préférée: Community. Mais bon, passons, et essayons d’être objectifs. Tous les trailers de NBC: http://www.allocine.fr/playlists/series/playlist-135/

A to Z: Comédie romantique portée par Ben Feldman (Mad Men) et par Cristin Milioti (la fameuse mère dans How I Met Your Mother). Pas grand chose à dire, à part que le trailer laisse présager du très bon, avec notamment un cast sympathique. Pourquoi pas ! Envie de voir: 75%

Bad Judge: Bon, je ne vais pas vous mentir, j’étais très réticent au pitch de départ avant voir vu le trailer: la comédie suit les aventures d’une juge aux comportements peu orthodoxes, à l’intérieur et à l’extérieur de la Cour. Soit la série peut devenir agréable à suivre, soit elle peut être annulée au bout de quelques épisodes pour faute d’audience. Mouais. Envie de voir: 60%

State of Affairs: En voyant le trailer, on croirait une copie d’Homeland. Mais bon, la série peut quand même avoir des qualités, notamment la présence de Katerine Heigl dans le principal. NBC a l’air de bien miser sur cette série, on peut donc espérer une bonne série. Envie de voir: 75%

3227080.jpg-r_x_600-f_jpg-q_x-xxyxx

Unbreakable Kimmy Schmidt: Nouvelle création de Tina Fey (30 Rock) et de Robert Carlock. Ellie Kemper tiendra le rôle principal et on a également appris que Jane Krakowski (30 Rock) fera partie du cast. J’ai entendu de très bons retours sur le script du pilot. Etant un grand fan de Tina Fey, je ne peux que trépigner d’impatience pour cette sitcom. Envie de voir: 95%

 

The-CW-logo__140313224549

La CW, chaîne destinée aux jeunes, ne m’a jamais vraiment passionné (serait-je vieux ?), c’est donc logique que ses nouveautés ne me fassent pas palpiter. Tous les trailers de la CW: http://www.allocine.fr/playlists/series/playlist-141/

The Flash: Spin-off tiré de l’univers d’Arrow, The Flash m’intrigue beaucoup, notamment par son trailer. Je n’attend pas une révolution de la série de super-héros mais j’espère quand même que ce sera au moins au niveau d’Arrow. Vivement le début ! Envie de voir: 80%

134038iZombie: Malgré le titre nul, on peut s’attendre à du bon pour cette adaptation du comics éponyme, créée par Rob Thomas, le papa de Veronica Mars. Arrivage en mi-saison, aucun trailer n’est donc disponible pour le moment. Envie de voir: 75%

 

 

 

 

The Fault in Our Stars, not your ordinary love story

[Il n’y aura pas de spoilers majeurs dans ma critique. Je tiens également à dire que j’ai lu le livre en VO, je n’ai donc aucune idée de la qualité de la traduction française.]

40281

The Fault in Our Stars (ou TFiOS pour aller plus vite) est un roman publié en 2012 par John Green. Il arrive en tête de la liste des meilleurs ouvrages de fiction de l’année 2012 établie par le magazine Time et a depuis dépassé le million d’exemplaires vendus dans le monde. Son adaptation au cinéma, avec Shailene Woodley et Ansel Elgort, arrive en juin aux USA (août en France). Inutile donc de vous expliquer le succès de ce livre.

Some infinities are bigger than other infinities.

Comme la tagline du film l’indique, TFiOS n’est pas une histoire d’amour ordinaire. On fait la connaissance de Hazel Grace Lancaster, adolescente de 17 ans habitant à Indianapolis, Indiana. A première vue, elle est une adolescente normale. Oui, sauf pour un petit détail: elle a un cancer des poumons en phase terminale depuis plusieurs années. Elle n’assiste plus à des cours au lycée mais dans un community college, pour avoir des horaires « aménagés ». Sa vie est donc peu joyeuse. Mais tout change, le jour où Hazel rencontre Augustus à son groupe de soutien pour les victimes de cancer. Augustus, lui, a perdu une jambe à cause d’un cancer mais est maintenant rétabli. Il participe aux réunions de ce groupe pour aider son ami, Isaac, qui souffre d’un cancer des yeux. Hazel fait donc connaissance petit à petit d’Augustus, mais ne veut pas qu’ils tombent amoureux, parce qu’elle se considère comme une « grenade », prête à exploser à tout moment à cause de sa maladie.

My thougths are stars I can’t fathom into constellations.

Markus Zusak, auteur de The Book Thief, a très bien défini le sentiment que l’on ressent lors de la lecture de TFiOS: « You laugh, you cry, and then you come back for more » (« Vous riez, vous pleurez, et puis vous en redemandez encore »). L’histoire que raconte TFiOS est une histoire profondément triste mais aussi pleine de joie, d’amour et d’espoir (notamment, sans trop spoiler, la fin). Vous ne pourrez que vous attacher aux personnages de TFiOS. Ce livre, bien que n’étant pas le livre le mieux écrit que j’ai lu, comporte de très belle citations. Certaines sont compilées ici (quelques petits spoils): https://www.goodreads.com/work/quotes/16827462-the-fault-in-our-stars. Les personnages nous offrent une très belle réflexion sur la mort, l’amour et bien d’autres choses, sans jamais tomber dans le prétentieux.

You don’t get to choose if you get hurt in this world…but you do have some say in who hurts you.

[Début des spoilers, je vais parler ici d’un plot-twist qui apparaît dans le livre.] Ceux qui ont lu TFiOS savent que peu avant Amsterdam, Gus fait une rechute. C’est finalement lui qui meurt, quelques temps après le retour du voyage, laissant Hazel toute seule. Certains sont frustrés par la fin, notamment parce que ne nous savons pas ce qu’advient de Hazel. Je préfère voir la situation d’une autre manière: pour moi, à partir du moment où l’on apprend la rechute de Gus, c’est lui qui devient le personnage principal, et non Hazel. John Green nous aurait en fait offert un épilogue, après sa mort. C’est une toute autre façon de voir le livre, mais que j’aime bien. [Fin des spoilers.]

The world is not a wish-granting factory.

TFiOS est un livre magnifique, par moments tristes, par moment joyeux: c’est un livre qu’il faut lire. Je ne l’ai lu pour l’instant qu’une fois mais je compte faire au moins une relecture avant la sortie du film. C’est également la première fois que j’écris un article sur un livre, mais j’y tenais. J’espère que cette « critique » vous aura plu.

P.S: Rien que pour vous, l’extended trailer du film TFiOS (préparez vous à être ému-e-s): 

 

.

 

Les sitcoms que je regarde, partie 2

Cette article est une sorte de mise à jour à cet article: https://antolanglinay.wordpress.com/2013/11/11/serie-les-sitcoms-que-je-regarde-et-recommande/. En effet, depuis cet article, j’ai regardé beaucoup de nouvelles sitcoms. Ne vous y méprenez pas, « Community » est et restera ma comédie préférée. J’ai également réalisé un Top de mes séries comiques: http://www.senscritique.com/top/Les_meilleures_series_comiques/392326 .

Je vais, pour ne pas trop m’étaler, ne parler que de 3 sitcoms aujourd’hui: « Parks and Recreation », « 30 Rock » et « Arrested Development ».

 

Parks and Recreation 

140302020349337386

 

« Parks and Rec », pour les intimes, est une sictom créée par Michael Schur et Greg Daniels diffusée depuis 2009 sur NBC. Elle vient de conclure sa 6ème saison (je vous redirige vers cette très bonne critique du season finale: http://braindamaged.fr/2014/04/25/parks-and-recreation-saison-6-lascension-de-leslie-knope/).

Michael Schur est également connu pour avoir été scénariste sur « The Office » et pour avoir créé « Brooklyn Nine-Nine », qui sont, comme « Parks and Rec », des mockumentaries. Mais qu’est-ce qu’un mockumentary ? Un mockumentary est un film, soit une série qui prend la forme d’un documentaire pour en fait raconter une fiction. C’est un genre assez utilisé aux Etats-Unis, notamment pour les sitcoms.

« Parks and Rec » est donc la série qui me fait le plus rire, parfois jusqu’à l’étouffement. Elle joue sur les imperfections et les traits de caractère des personnages, presque tous employés du département Parks and Recreation de la mairie de Pawnee, ville imaginaire d’Indiana. On rit donc des personnages, mais on rit également avec eux, notamment pour se moquer de Gerry/Larry/Terry.

Le dévelopemment des personnages est aussi un aspect important de « Parks and Rec ». Sans trop spoiler, on peut prendre l’exemple de l’ascension de Leslie ou encore de l’évolution du caractère de Ron. Cette sitcom fait donc rire, mais n’oublie pas ses protagonistes et les place même au centre de l’intrigue: on ne peut qu’apprécier.

Enfin, l’actrice qui incarne Leslie, Amy Poehler est très douée. Elle a effectué ses débuts au « Saturday Night Live » en compagnie de Tina Fey, avec qui elle est devenue amie.

9/10

 

30 Rock

Tracy, Jack, Liz, Jenna et Kenneth

« 30 Rock » est une sitcom créée en 2006 par Tina Fey (Liz Lemon) pour NBC et qui s’est terminée début 2013, au bout de 7 saisons. Je suis actuellement en cours de visionnage de la saison 4.

Elle observe le quotidien d’une équipe de NBC chargée de produire mensuellement une émission assez médiocre, « The Girlie Show ». On voit donc évoluer au fil des saisons les personnages dans ce cadre. La série a donc un côté fortement satirique, agissant comme une mise en abyme des coulisses de la télévision américaine.

Tina Fey est, commme je l’ai indiqué dans la partie sur « Parks and Rec », une très bonne amie d’Amy Poehler. Contrairement à Poehler, Tina Fey a créé « 30 Rock », officie dans le rôle de showrunner pour la série et a écrit de nombreux épisodes. Elle met donc pleinement son talent à disposition de la sitcom.

L’un des gros plus de « 30 Rock » est son nombre incalculable de guest-stars, comme Oprah Winfrey, Whoopi Goldberg, Steve Buschemi, Conan O’Brien, Calvin  Klein, Steve Martin, Jon Bon Jovi, Matt Damon et même Jon Hamm. Lors du dernier épisode de la saison 3, « Kidney Now », Sheryl Crow, Elvis Costello, Cyndi Lauper ou encore Mary J. Blige (21 guest-stars au total dans cet épisode) se réunissent pour chanter « We Are The World ». Un personnage récurrent est même interprété par Will Arnett, que j’adore.

8/10

 

Arrested Development

 

La famille Bluth au complet
La famille Bluth au complet

« Arrested Development » est une comédie qui a vu le jour en 2003 sur la chaîne américaine FOX et qui a continué jusqu’en 2006, pour un total de 3 saisons. En revanche, Netflix a ressuscité la série en 2013 pour une nouvelle saison de 13 épisodes. Nous ne sommes pas sûrs à ce jour si la série aura une saison de plus.

« AD » met en scène une famille américaine d’Arizona qui perd presque toute sa fortune du jour au lendemain. Les membres de cette famille sont à peu près tous incapables, n’ayant pour la plupart jamais travaillé. Entre Tobias, le gay refoulé et ancien psychiatre, Lindsay, activiste qui milite pour à peu près n’importe quoi, Gob, le magicien raté ou encore Buster, le fils qui a du mal à quitter le nid familial, et d’autres. La brochette de personnage est donc bien complète et variée.

Cette série a aussi pour force son potentiel comique: elle enchaîne les gags, les répliques et les références à une vitesse affolante. Plusieurs visionnages de la série peuvent donc s’avérer utiles, tellement « AD » est dense. Les personnages de la série participent bien évidemment à l’aspect comique en se ridiculisant (Tobias, notamment).

Je connais plusieurs personnes qui n’adhèrent pas totalement à l’humour d »AD », c’est vraiment particulier. Donnez au moins 10 épisodes à la série pour se réveler, et vous aurez de grandes chances d’adorer.

9/10